Le stress oxydatif, qu’est-ce que c’est ?

 

Le stress oxydatif est une agression des cellules par des radicaux libres.

Dans ce cas, on ne parle donc pas de stress au sens émotionnel. 

 

Et les radicaux libres, c’est quoi ?

 

Les radicaux libres sont des molécules, des atomes ou des ions issus du métabolisme de l’oxydation. Ils possèdent un électron « célibataire », ce qui les rendent très instables et nocifs pour les molécules voisines. Effectivement, pour être stable, un atome doit avoir un nombre pair d’électrons. Un radical libre va « donner » ou « prendre » un électron à une autre molécule, ce qui provoque une réaction en chaine puisque s’il vole un électron à un atome voisin, ce dernier va à son tour avoir un électron célibataire qu’il cherchera à « donner » ou alors il  tentera d’en voler un à la molécule voisine, ce qui engendra le même problème encore et encore. 

Pour « marier » leur électron « célibataire », ils sont prêts à tout et agressent tout ce qui se trouve sur leur passage, qu’il s’agisse d’un microbe, d’une cellule, d’une protéine…

Ainsi, ils seraient responsables entre autres :

  • d’un vieillissement accéléré et prématuré,
  • d’un affaiblissement immunitaire,
  • de maladies inflammatoires,
  • de maladies cardio-vasculaires
  • de maladies auto-immunes ou de maladies graves telles que le cancer.

Plus de 200 maladies seraient causées par les radicaux libres, car ils entrainent des modifications irréversibles au niveau des principaux constituants de la cellule : 

  • ADN : altération du code génétique,
  • acides gras polyinsaturés : lipopéroxydation des membranes cellulaires et des lipoprotéines,
  • acides aminés : dysfonctionnement hormonal et enzymatique.

 

D’où viennent les radicaux-libres ?

Sources internes

Dans notre corps, ils sont produits naturellement par notre organisme au cours des processus normaux du métabolisme :

  • respiration,
  • inflammation,
  • activité physique,
  • détoxication hépatique lors de la phase I,
  • transformation des nutriments en énergie (la surconsommation d’aliments produit donc plus de radicaux libres),
  • mitochondries
  • vieillissement
  • etc.

Notre organisme en a besoin pour effectuer certaines tâches comme combattre une infection, régénérer des tissus ou encore freiner la multiplication de cellules cancéreuses.

Ils sont donc bénéfiques et ne posent pas de problèmes tant que le rapport avec les anti-oxydants est équilibré.

 

Sources externes

Il y a des radicaux libres d’origine exogène, c’est-à-dire qu’ils proviennent de sources extérieures comme :

  • l’exposition aux rayonnement ultra-violets du soleil ou aux rayons X,
  • la pollution (de l’air, de l’eau, des aliments que l’on mange),
  • métaux lourds
  • le stress,
  • le tabac,
  • les cuissons qui produisent une réaction dite « de Maillard » (c’est-à-dire les cuissons hautes températures qui dorent/brunissent les aliments comme le grill, le barbecue…),
  • une mauvaise hygiène de vie,
  • le sport intense,
  • les traumatismes,
  • etc.

 

 

Les anti-oxydants : la solution

Les anti-oxydants sont des éléments que notre corps produit ou que l’on trouve dans certains minéraux, vitamines et enzymes, qui réduisent et parfois empêchent le processus d’oxydation.

Ceux qui font de la cuisinent le savent : pour empêcher ou ralentir l’oxydation d’un avocat ou d’une pomme, il suffit de verser du jus de citron dessus.

Dans notre corps

Les antioxydants endogènes : Notre corps est capable de produire lui-même des antioxydants pour lutter contre les radicaux libres. Ce sont des enzymes qui dépendent et nécessitent certaines vitamines, minéraux ou acides aminés pour être produites ou fonctionner correctement.

  • Superoxyde dismutase (SOD)
  • Catalase
  • Glutathion peroxydase (GPx)
  • Co-enzyme Q10 (CoQ10)
  • Acide alpha-lipoïque

 

Dans l’alimentation

Les antioxydants exogènes : On peut les puiser dans notre alimentation, particulièrement dans les fruits et légumes de couleurs, les poissons gras, les fruits de mer, les oléagineux, les épices, le thé vert, le chocolat noir… D’où l’importance d’avoir une alimentation variée.

  • vitamine C : agrumes, kiwi…
  • vitamine E : huile de germe de blé, oléagineux, …
  • caroténoïdes avec notamment le bêtacarotène : carottes, abricots, mangues…
  • manganèse : moules, noisettes, graines de citrouille
  • sélénium : noix du brésil
  • zinc : fruits de mer, abats..
  • flavonoïdes : riz brun, graine de lin, baies rouges, chocolat…
  • polyphénol : thé, myrtilles, raisins rouges…
  • etc.

A noter que certains antioxydants ont des actions spécifiques ou affinités avec certaines parties de notre corps. Par exemple, la lutéine (épinards, maïs, courges…) ou encore les anthocyanosides de la myrtille ont une affinité particulière avec les yeux et les protégeraient contre certaines maladies.

A noter également que certains antioxydants deviennent pro-oxydants lorsqu’ils sont pris en excès, comme la vitamine E.

 

Finalement, c’est quoi le stress oxydatif ?

Le stress oxydatif résulte donc d’un déséquilibre dans le rapport radicaux libres / antioxydants.

S’il y a trop de radicaux libres, mais pas assez d’anti-oxydants, les cellules et leurs constituants s’oxydent et « rouillent ».

Ce déséquilibre peut avoir 3 origines légèrement différentes :

  1. Un déficit en antioxydants
  2. Une production trop importante de radicaux libres
  3. Les deux effets cumulés

 

En résumé, si l’on produit beaucoup de radicaux libres MAIS que l’on suffisamment d’antioxydants, il n’y a pas de stress oxydatif et donc pas de problèmes particuliers, car il y a un équilibre.

C’est lorsque cet équilibre est rompu, comme nous venons de le voir ci-dessus, que les problèmes commencent.