Les 10 techniques utilisées en naturopathie sont en fait 10 familles de techniques. Au sein d’une famille, il existe donc plusieurs techniques.

3 techniques majeures

 

Il y a 3 piliers majeurs sur lesquels aucun naturopathe ne fera l’impasse :

  • l’alimentation (la plus naturelle possible et adaptée à vos besoins – sans entrer dans des régimes stricts et en gardant un maximum de plaisir et de gourmandise ) et ce qui entoure l’alimentation (nutrition, micronutrition, etc.)
  • l’activité physique, le mouvement (marcher, jardiner, faire un sport qui vous plait… – pas besoin de devenir Usain Bolt ! )
  • la gestion émotionnelle – relaxologie – gestion du sommeil (gestion du stress, des pensées envahissantes, de l’hypersensibilité… )

En travaillant uniquement sur ces 3 piliers, de nombreuses problématiques peuvent être débloquées. Ils sont la base de la naturopathie, la base d’une hygiène de vie optimale.

 

 

7 techniques complémentaires

Ces 7 techniques peuvent être plus ou moins utilisées selon les besoins et/ou les préférences personnelles du naturopathe ou de son consultant :

  • les techniques qui utilisent l’eau (hydrologie) 
  • les techniques respiratoires (pneumologie)
  • la complémentation au sens large : les plantes, les bourgeons, les champignons, les minéraux, les oligo-éléments, les vitamines, etc. (aromatologie, phytologie, hydrolathérapie, phytoembyologie, mycothérapie, etc.)
  • les techniques manuelles (chirologie)
  • les techniques réflexes (réflexologie des mains, des pieds, du visage…)
  • la lumière, la chaleur (actinologie)
  • les techniques énergétiques et vibratoires (magnétisme)

 

Il peut donc y avoir autant de manières de pratiquer la naturopathie qu’il y a de manières de combiner les techniques. Aucun professionnel de la naturopathie n’aura la même approche d’un problème. Cela signifie également que si une technique échoue ou qu’elle est difficile à mettre en place, il reste plusieurs autres options et leviers à envisager.

 

 

Pourquoi « aromatologie », « phytologie », … et pas « aromathérapie » ou « phytothérapie » ?

Il faut comprendre que le naturopathe est un « généraliste » (on est bien d’accord qu’on ne parle pas d’un médecin généraliste dans ce cas précis) ; il connait les bases des différentes techniques utilisées en naturopathie, mais à moins d’avoir fait une formation spécifique dans l’une technique précise, il ne peut pas se prétendre aromathérapeute, phytothérapeute, coach sportif, nutritionniste, psychologue, sophrologue, etc.

De même, sans formation supplémentaire, le naturopathe ne peut faire que de la réflexologie « bien-être », mais ne peut pas prétendre faire des protocoles précis.

On pourrait donc dire que le naturopathe est un professionnel qui a une vue d’ensemble sur la problématique de la personne qui vient le voir. Parfois, il est capable de régler le problème tout seul, grâce à ses connaissances de bases, mais parfois il est obligé de renvoyer son consultant vers un autre professionnel, afin que ce dernier puisse travailler plus précisément et plus en profondeur sur le problème.

Pour les problématiques chroniques et/ou compliquées, il est important de travailler en réseau et en collaboration avec un ou plusieurs autres professionnels, médecins compris, car les approchent sont toutes complémentaires.